Comment valoriser ses soft skills ?
16030
post-template-default,single,single-post,postid-16030,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,boxed,vertical_menu_enabled,,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-7.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

06 Nov Comment valoriser ses soft skills

 

Si les critères principaux de recrutement sont liés à l’expérience professionnelle et à la formation effectuée, d’autres critères moins connus influent sur le choix des recruteurs : il s’agit des soft skills. D’après Régionsjob ces soft skills désignent les qualités humaines intrinsèques qui font la personnalité d’un individu. Elles relèvent de l’intelligence émotionnelle. Par opposition aux hard skills : les savoir-faire et compétences techniques validés par une formation. Il peut s’agir d’aptitudes comportementales innées ou d’habiletés acquises au fil du vécu du candidat (compétitions sportives, engagement associatif, voyages à l’étranger). Alors comment connaître ces soft skills et surtout comment les valoriser auprès des recruteurs ?

 

Concrètement les soft skills c’est quoi ?

 

Contrairement aux expériences et aux formations, il est plus difficile (voire impossible) de quantifier ses soft skills. En effet on ne peut tout simplement pas savoir en lisant un CV à quel point vous êtes un bon communicant ou comment vous savez vous intégrer dans une équipe.

De manière plus concrète il existe plusieurs soft skills que vous pouvez valoriser lors d’un entretien. Vous pouvez par exemple avoir un bon esprit d’équipe et n’avoir aucun problème à vous intégrer au sein d’un groupe ; c’est une donnée importante dans de nombreuses firmes où les collaborateurs passent une grande partie de leur temps à travailler dans un open space ou sur le terrain. Vous pouvez aussi disposer d’une grande capacité à communiquer autour de vous tant avec un public restreint qu’avec un auditoire plus conséquent, ce qui peut être considéré comme un atout dans l’optique de diffuser un message et/ou de convaincre. Enfin vous pouvez avoir un degré d’adaptabilité élevé ce qui permet à l’entreprise de pouvoir profiter de vos capacités à régler des problèmes dans des situations diverses et variées. Il existe de nombreuses soft skills, chacun en possède mais il faut savoir les identifier et les mettre en avant.

 

Pourquoi les soft skills sont importantes pour le recruteur

 

Lors d’un recrutement lorsque plusieurs candidatures sortent du lot, le poste peut se jouer sur des détails et ces derniers s’appellent des soft skills. En effet il n’est pas rare que plusieurs candidats aient suivi des formations équivalentes et que leurs parcours professionnels se ressemblent, pour les départager le recruteur va baser son choix sur des données non quantifiables mais repérables. Il faut savoir qu’au delà des compétences quantifiables, une entreprise souhaite recruter une personnalité, un caractère, une vision, autant de compétences cachées qu’il est important de mettre en valeur lors de l’entretien. Le recruteur va baser son jugement sur votre attitude durant l’entretien c’est-à-dire qu’il va observer une multitude de facteurs qui vont le mettre sur la voie de votre personnalité et de vos soft skills. Par exemple votre capacité à être à l’écoute, à vous montrer curieux, à vous exprimer de façon claire et précise ou encore à maitriser votre discours sans paniquer même sur un sujet qui vous est inconfortable.

 

Comment les valoriser et les mettre en avant ?

 

C’est là toute la difficulté car s’il est simple de parler de ses expériences et de sa/ses formation(s), parler de ses compétences cachées peut se révéler plus complexe. Il existe deux grands moyens de démontrer vos soft skills durant un entretien. Le premier consiste à en parler durant l’échange, vous allez, par exemple, avoir à parler de vos expériences antérieures, au lieu de vous restreindre à parler des missions effectuées profitez-en pour valoriser certaines compétences cachées (grande capacité d’adaptation lors de ma première expérience au cours de laquelle j’ai fait face à de nombreuses situations complexes). Il en est de même au moment de parler de vos passions et de vos loisirs (grâce au sport j’ai appris à fédérer les personnes de mon équipe en étant leur capitaine). La seconde méthode consiste à démontrer vos soft skills en ayant une attitude qui correspond à vos propos. Si vous évoquez une bonne capacité d’écoute à l’oral et que vous coupez la parole à votre interlocuteur cela décrédibilise vos paroles. Il faut donc adapter son discours à son attitude afin que votre posture soit cohérente et pertinente.

 

Les soft skills sont des compétences cachées qu’il ne faut pas négliger et il est donc primordial que chacun identifie les siennes afin de pouvoir s’en servir le jour de l’entretien. En situation de concurrence, les compétences cachées peuvent faire la différence il faut donc en prendre compte. N’hésitez donc pas à en parler et à les démontrer par une attitude proactive et cohérente avec votre discours.

Pas de commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés.